Différences entre allergie et intolérance alimentaire

Sommaire

 

Un quart de la population ne supporte pas certains produit alimentaires. Mais comment savoir si les personnes concernées sont intolérantes ou allergiques ? Eléments de réponses.

Intolérance, dans la majorité des cas

Réaction d'intolérance alimentaire

Dans la majorité des cas, les gens souffrent d'une intolérance alimentaire :

  • La réaction est alors essentiellement enzymatique ou pharmacologique. Le patient éprouvera des difficultés à digérer le produit concerné.
  • Une réaction cutanée, comme de l'eczéma, ou même des maux de tête peuvent également être constatés. Parfois, ces désordres sont si gênants que le patient préfèrera complètement supprimer l'élément de son alimentation.
  • C'est le cas, par exemple, avec les personnes qui présentent une intolérance au lait de vache et qui choisiront de consommer des laitages à base de lait de soja ou du fromage de chèvre.
  • Toutefois, si jamais le sujet vient à rencontrer cet aliment de manière incidente chez des amis ou au restaurant, sa santé n'est pas en danger.

Produits concernés

Les produits qui génèrent des réactions d'intolérance sont souvent : le lait, les oeufs, les crustacés, la fraise, l'ananas, les fruits exotiques, le chocolat, les poissons gras, le vin riche en sulfites, etc.

Beaucoup de personnes apprendront avec tristesse que le chocolat peut également être mal toléré : il peut en effet provoquer des maux de tête.

Allergie : une minorité en augmentation

Des allergies alimentaires rares

En réalité, seulement 1 à 2 % des personnes sont véritablement allergiques à un produit :

  • Lorsqu'ils ingèrent un produit auquel ils sont allergiques, les patients ont une réaction immunologique : nausées, vomissements, éruption cutanée, démangeaisons, oedème de Quincke, choc anaphylactique, etc. Une réaction beaucoup plus impressionnante qu'en cas d'intolérance ! Et beaucoup plus grave.
  • La santé et même la vie des patients peut être en danger. Cela pose des problèmes, tout particulièrement quand ces personnes se restaurent à l'extérieur ou consomment des produits préparés dans le commerce.
  • Il est alors important de signaler ses allergies au cuisinier et / ou de bien lire la composition du produit. Malheureusement, les étiquetages ne sont pas toujours suffisants.

De manière générale, il convient de retenir que les principaux allergènes sont les arachides et fruits à coque, les oeufs, le gluten, le lait et certains fruits de même famille (noyau, latex...).

Des allergies alimentaires en augmentation

Si les personnes réellement allergiques sont rares, leur taux est pourtant en augmentation. En effet, certains phénomènes ont tendance à générer de plus en plus d'allergies alimentaires. On peut notamment citer :

  • chez les bébés, l'absence d'allaitement, un allaitement bref et / ou une diversification alimentaire précoce ;
  • l'introduction des fruits exotiques dans notre alimentation ;
  • l'aseptisation croissante de notre environnement, etc.

Pour approfondir et mieux vivre ses allergies ou ses intolérances :