Sommaire

<

 

p>Tout le monde ou presque aime le chocolat, certains sont même des accros ! Et pourtant, d’autres ne peuvent tout bonnement pas en manger. Et pour cause, ils en sont allergiques !

 

Comment cette allergie se manifeste-t-elle ? Réponse maintenant.

Allergie au chocolat : phénomène rare

Les allergies au chocolat existent, mais sont très rares. Elles peuvent être dues aux protéines de cacao mais le plus souvent, il s’agit d’allergies plus communes à des éléments ayant pu contaminer la chaîne de production du chocolat, comme des fruits à coque ou des protéines de lait. On parle dans ces cas-là d’allergies croisées.

Quand il est fabriqué, le chocolat compte de très nombreux ingrédients, pouvant être à l’origine d’une réaction allergique. Citons notamment le maïs, les noix, le gluten, le blé, le lait, la caféine, des colorants ou encore des additifs alimentaires.

Pour savoir si l’allergie est due au cacao ou bien à un ingrédient du chocolat :

  • Le médecin demande de cesser de manger du chocolat pendant un temps puis propose un morceau pur.
  • Il existe ensuite plusieurs méthodes pour savoir à quoi l’allergie est due, comme des tests cutanés ou des tests sanguins.

Les symptômes sont plus ou moins embêtants :

  • difficultés à respirer ;
  • maux de tête ;
  • augmentation de la fréquence cardiaque ;
  • éruption cutanée ;
  • démangeaisons ;
  • irritabilité ;
  • ou encore sensation de brûlure à l’estomac.

Chocolat et fausses allergies

Les fausses allergies se manifestent par des signes cliniques semblables aux allergies alimentaires authentiques, bien que moins sévères :

  • elles sont dues à la libération d’histamine ;
  • celle-ci ne provient pas de la réaction immunitaire caractéristique de la réaction allergique mais du fait qu’un aliment est riche en histamine, histaminolibérateurs ou en tyramine ;
  • elles sont moins fréquentes que les allergies alimentaires véritables ;
  • elles sont plus fréquentes chez les jeunes enfants.

Le chocolat est riche en histamine, en histaminolibérateurs et en tyramine. Il est donc tout à fait susceptible d’entraîner une fausse allergie.

Parmi les autres aliments riches en histamines, histaminolibérateurs, ou tyramine, citons :

  • certains poissons : thon , sardine, saumon ou encore maquereau ;
  • des légumes : tomate, épinards, petit pois, lentilles ou encore haricots ;
  • des fruits : banane, fraise, ou encore agrumes ;
  • des alcools : le vin, la bière ;
  • certains fromages : gruyère, brie.

Pour aller plus loin :