Sommaire

L’œil est irrigué par une multitude de vaisseaux sanguins. Lorsque ceux-ci se dilatent ou rompent, des rougeurs localisées ou diffuses peuvent apparaître.

Voici les multiples circonstances, de la plus bénigne à la plus sévère, dans lesquelles des rougeurs aux yeux sont caractéristiques.

Yeux rouges : causes inflammatoires

Des phénomènes inflammatoires peuvent siéger à différents niveaux de l’œil, ils sont une des causes possibles d'yeux rouges.

Parmi ces causes, on retrouve la conjonctivite : il s'agit d'une inflammation de la membrane conjonctive, la membrane qui recouvre l'intérieur de la paupière et une partie de l’œil.

Elle provoque des rougeurs, des démangeaisons, un gonflement de la paupière, un écoulement de liquide et une vision brouillée. Elle peut être provoquée par différentes causes :

  • Le contact avec une substance irritante, contenue par exemple dans un produit cosmétique.
  • Une allergie, les substances qui les provoquent sont par exemple les pollens de certains végétaux, les poils d'animaux, les acariens... Dans ce cas, d'autres symptômes sont souvent associés : larmoiements, éternuements, nez qui coule...
  • Une infection par un virus ou une bactérie : la conjonctivite virale est caractérisée par le fait qu'elle touche souvent les deux yeux, entraîne une sensation de brûlure et de corps étranger dans l’œil. La conjonctivite bactérienne est quant à elle associée à une importante production de pus.

D'autres causes entrent en jeu :

  • La kératite : une inflammation de la cornée, situation préoccupante car elle entraîne une baisse de l'acuité visuelle, une photophobie (crainte de la lumière) et des douleurs.
  • La sclérite : une inflammation qui touche la sclère (le blanc de l’œil), très douloureuse, pouvant potentiellement entraîner une perte de la vue ou l'épisclérite qui touche sa membrane superficielle, plus bénigne, qui se traduit par une gène oculaire.
  • Les uvéites : atteignant l'uvée, qui se traduisent par une photophobie importante, une baisse de la vision, et des douleurs. La pupille est rétractée (myosis).

Causes non-inflammatoires en cas d'yeux rouges

Une rougeur de l’œil peut être observée dans d'autres circonstances :

  • Suite à un traumatisme, qui passe parfois inaperçu, une hémorragie sous-conjonctivale peut se produire. L'hématome se résorbe spontanément, en quinze jours environ. Si la situation se reproduit, le médecin vérifiera qu'il n'existe pas de situations pouvant favoriser ce type de phénomène, comme une hypertension artérielle ou un diabète.
  • Un glaucome aigu : il s'agit d'une urgence ophtalmique. La pression à l'intérieur de l’œil augmente brutalement. À la rougeur, sont associées des douleurs intenses, ainsi que des nausées et vomissements. Le diamètre de la pupille varie peu (ou pas) lorsqu'on l'éclaire.
  • Une sécheresse oculaire, fréquente chez les personnes âgées.

Yeux rouges : comment réagir ?

Si la rougeur de l’œil est le seul symptôme, et qu'il disparaît rapidement, il n'y a pas d'inquiétude à avoir. Si en revanche, il est associé à une baisse de la vision, à des douleurs, ou qu'il revient fréquemment, il convient de consulter son médecin ophtalmologue.

Celui-ci pourra prescrire différents types de traitement en fonction de la cause :

  • des larmes artificielles pour hydrater l’œil, comme liquifilm® et viscotears® ;
  • en cas d'infection virale, un antiseptique contenant de l'hexamidine ;
  • en cas d'infection bactérienne, un produit antibiotique devra être utilisé, sous forme de pommade à base de chloramphénicol le plus souvent ;
  • en cas de contact avec un produit irritant, un nettoyage au sérum physiologique permet d'éliminer les résidus de celui-ci ;
  • les maladies inflammatoires sont traitées avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou des stéroïdes.