Sommaire

 

Nous utilisons chaque jour de nombreux produits cosmétiques. Toutefois, certains contiennent des substances allergènes, qui peuvent déclencher des réactions indésirables au niveau de la peau.

Lesquelles sont les plus fréquemment incriminées et que faire en cas d'allergie ? Réponses dans notre article.

Symptômes d'une allergie aux cosmétiques

L'application de certains cosmétiques sur la peau peut déclencher une dermatite allergique de contact. Il n'est pas toujours facile de différencier cette manifestation de simples irritations provoquées par l'application de produits trop agressifs, ou utilisés de manière trop fréquente.

Cette allergie apparaît sous forme d'eczéma, qui survient les 48 à 72 heures après application du produit cosmétique. Il se caractérise par :

  • des plaques rouges présentant des vésicules (des petites cloques contenant du liquide) et des croûtes ;
  • un gonflement ;
  • un suintement ;
  • des démangeaisons.

Ces manifestations sont localisées au niveau de la zone d'application (visage, cuir chevelu...) ou peuvent être plus étendues.

Allergie aux cosmétiques : quels produits incriminés ?

De nombreux composés entrent dans la formulation des cosmétiques, et parmi eux, un nombre important peut déclencher des allergies. Les plus fréquemment incriminés sont :

  • Les parfums : 26 composés aromatiques allergènes, naturels ou chimiques, doivent obligatoirement être mentionnés quand ils entrent à hauteur d'au moins 0,01 % dans la composition des cosmétiques qui se rincent après application (comme les shampoings) et de 0,001 % dans les cosmétiques sans rinçage (comme les lotions). Il s'agit par exemple du geraniol, du coumarin, du butylphenyl methylpropional...
  • Les filtres présents dans les crèmes solaires : les réactions peuvent être amplifiées après exposition au soleil.
  • Les conservateurs : parmi eux, la méthylisothiazolinone (MIT) est souvent responsable d'allergies. Au début réservée aux produits à rincer, qui limitent le temps de contact avec la peau et donc le risque d'allergie, ce composé peut aujourd'hui se rencontrer dans tout type de cosmétiques, comme ceux imprégnant les lingettes par exemple.
  • Des colorants : la paraphénylèdiamine (ou PPD) est un colorant noir présent dans les teintures pour cheveux, elle provoque des réactions chez certains usagers. Pour cette raison, il est désormais interdit pour une utilisation cutanée dans le cadre de tatouages éphémères par exemple.

Traitement d'une allergie aux cosmétiques

En cas de réaction à un produit cosmétique, il est nécessaire de prendre rendez-vous avec son dermatologue-allergologue. Il va réaliser des tests cutanés pour identifier précisément l'allergène responsable :

  • Il peut recourir par exemple au « patch test », qui consiste à déposer les produits suspectés sur des petits patchs adhésifs puis de les appliquer sur la peau du patient.
  • Le dispositif est laissé en place 48 h. Si une réaction cutanée apparaît, le diagnostic d'allergie est confirmé. Il convient alors d'éviter tout contact avec le ou les composés à l'origine des réactions. Il est donc nécessaire de lire attentivement la composition de tous les produits achetés.

Plusieurs approches sont possibles pour soulager les manifestations liées à une allergie aux cosmétiques :

  • l'application d'une crème à base de corticoïdes sur les zones lésées ;
  • l'administration par voie orale de médicaments anti-histaminiques ou de corticoïdes.