Sommaire

L’urticaire cholinergique est une forme d’allergie déclenchée par une stimulation physique extérieure. Les symptômes sont très difficiles à vivre, car ils sont soudains et d’origines diverses.

Cette maladie évolue dans le temps avec des pics et des remissions. Il faut s’habituer à de multiples précautions pour éviter la crise. Un point s'impose sur l'urticaire cholinergique.

Comment se manifeste l’urticaire cholinergique ?

En cas d'urticaire cholinergique, des papules rouges et légèrement gonflées comme des piqûres d’ortie apparaissent sur la peau :

  • Elles s’accompagnent de fortes démangeaisons. Les papules, de la taille d’une tête d’épingle à celle d'un frisbee, semblent se déplacer, apparaître et disparaître, en différents endroits du corps en décrivant des arabesques.
  • En général le visage est épargné. La crise peut être fugace, durer 3 heures ou plusieurs jours.
  • Les démangeaisons peuvent prendre la forme d’une sensation de brûlure notamment aux extrémités (mains, pieds, oreilles).

Urticaire cholinergique : différentes causes

L’urticaire cholinergique arrive lors d’un choc, un contraste avec l’extérieur, un changement que le corps percevra comme brutal et enregistrera comme une attaque ennemie, au même titre qu’un antigène.

Il serait dû à une sensibilité particulière à l’acétylcholine, un neuromédiateur qui permet le passage de l’influx nerveux entre deux cellules qui fabriquent se produit. Cela se traduit par la fabrication d’anticorps puis l’activation des cellules qui se trouvent sous la peau, les mastocytes. La libération de l’histamine va générer les œdèmes.

Cette sensibilité se produit :

  • Lors d'un choc thermique : sauna suivi d’une douche froide, plonger dans une piscine (température ambiante / température de la piscine), le vent froid sur le visage en hiver, la chaleur caniculaire, l’ingestion d’une boisson chaude, l’ingestion d’une crème glacée.
  • Après un effort physique ou en cas de sudation.
  • Lors d'une émotion intense : joie, stress, désir, terreur.
  • En cas de pression sur la peau : des vêtements serrés, des bretelles de sac à dos, la manipulation d’un outil dans un geste répétitif, une combinaison de plongée sous-marine. Cette manifestation de l’urticaire est souvent retardée.
  • En réaction à la vibration : utilisation d’outils vibrants (marteau piqueur), applaudissements, descente en VTT sur un sentier caillouteux.

Urticaire cholinergique : conseils et traitements appropriés

Pour lutter contre l’urticaire cholinergique, il faut d’abord être correctement diagnostiqué pour adapter son mode de vie aux contraintes de l’hypersensibilité :

  • Par exemple entrer tout doucement dans la piscine ou le bain en commençant par les doigts de pied, éviter le sauna, les batailles de boules de neige, le marathon des sables, la plongée sous-marine en mer du Nord, les trekkings en Himalaya. Bref adopter une vie assez tempérée.
  • Porter des vêtements amples, ne pas consommer de plat chauds et épicés et inversement, éviter des cocktails « on the rocks » et des crèmes glacées, prendre des douches tièdes en mode pluie plutôt qu’en hydrojet.
  • Faire du Qi gong pour canaliser sa respiration et agir sur ses émotions.

Il est conseillé de prendre un traitement anti-histaminique quotidiennement pendant plusieurs semaines, et ne pas traiter seulement les crises :

  • Un anti histaminique agit rapidement, en 30 minutes à 1 heure pendant en moyenne 24 heures. Il agit aussi bien en tant que traitement d’urgence qu'en traitement de fond.
  • En revanche, les corticoïdes sont déconseillés en raison du risque de dépendance voire d'aggravation progressive de l'urticaire.
  • Il est préférable d’éviter l’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens pendant les poussées.