Sommaire

 

Les allergies à l’ananas font partie des allergies alimentaires fréquentes. Quel que soit le mode de consommation de l’ananas, ce dernier peut provoquer, chez les sujets allergiques, différents symptômes caractéristiques avec un risque de complications graves en cas d’ingestions répétées.

L’éviction de tout produit contenant de l’ananas est nécessaire et des précautions doivent être prises pour prévenir tout risque d’allergie croisée. Un point s'impose sur l'allergie à l'ananas, ses symptômes et ses traitements.

Histamine : responsable de l’allergie à l’ananas

L'ananas est un aliment histamino-libérateur : l’histamine appartient à la classe des amines biogènes. Elle est produite soit par l’organisme, soit consommée dans l’alimentation.

Dans l’organisme, l’histamine est produite au cours des réactions allergiques et est responsable de divers symptômes chez les sujets allergiques :

  • des symptômes cutanés : rougeurs, démangeaisons, éruptions cutanées (eczéma, urticaire) ;
  • des symptômes ORL et respiratoires : rhinite allergique, asthme allergique, troubles respiratoires ;
  • des symptômes digestifs : ballonnements, diarrhées, nausées, vomissements, douleurs abdominales ;
  • des symptômes cardiovasculaires : baisse de la tension artérielle, palpitations, troubles du rythme cardiaque ;
  • des symptômes généraux : maux de tête, bouffées de chaleur, vertiges ;
  • un choc anaphylactique

Chez les personnes non allergiques, l’histamine est détruite dans l’organisme par une enzyme spécifique (la diaminoxydase).

Mais chez les personnes intolérantes à l’histamine, cette enzyme fonctionne de manière insuffisante et l’histamine n'est pas assez détruite :

  • L’intolérance à l’histamine concerne surtout les femmes à partir de 40 ans. Le risque d’allergie croisée est important, car de nombreux aliments peuvent provoquer une intolérance à l’histamine.
  • L’histamine issue de l’alimentation provient soit d’aliments riches en histamine, soit d’aliments qui provoquent une libération d’histamine dans l’organisme (aliments histamino-libérateurs comme l’ananas).
  • De nombreux aliments sont riches en histamine et leur concentration en histamine varie selon leurs conditions de stockage et de préparation. En règle générale, plus un aliment est frais, non transformé et conservé dans de bonnes conditions, moins il renferme d’histamine.
  • Par ailleurs, la libération d’histamine peut être influencée par différents facteurs : un effort physique, un stress, des changements hormonaux, des maladies infectieuses, certains médicaments.

Pouvoir allergène de l’ananas

L’ananas fait partie des aliments dits histamino-libérateurs, c’est-à-dire que sa consommation entraîne la libération d’histamine dans l’organisme, ce qui provoque chez les personnes allergiques des symptômes caractéristiques des intolérances à l'histamine :

  • une éruption cutanée sous forme d’urticaire (rougeurs, œdème de la peau, démangeaisons, plaques rouges) ;
  • une dermatite allergique de contact à l’endroit du contact direct de l'ananas avec la peau ;
  • des troubles digestifs : nausées, vomissements, diarrhées, douleurs abdominales ;
  • des symptômes d’asthme allergique : toux, respiration sifflante, rhinite, essoufflement ;
  • un risque de complication grave : le choc anaphylactique pouvant mettre en jeu le pronostic vital. 

L’allergie à l’ananas se présente quel que soit l’état du fruit (cru, cuit, entier, en jus, etc.) et quelle que soit la quantité consommée.

Les symptômes varient selon les personnes et en général s’aggravent au fur et à mesure que les ingestions se répètent :

  • Ils peuvent survenir immédiatement après l’ingestion ou dans les jours qui suivent.
  • Les symptômes peuvent persister quelques jours.
  • Le risque d’allergies croisées avec l’ananas est particulièrement important, notamment avec d’autres aliments histamino-libérateurs, avec des aliments riches en histamine, avec le latex.

Allergie à l’ananas : diagnostic et traitement

Le diagnostic de l’allergie à l’ananas repose sur l’historique de la consommation d’ananas associé aux symptômes allergiques. Des tests cutanés chez un allergologue peuvent également être réalisés pour confirmer le diagnostic.

D’autres tests peuvent être effectués pour caractériser l’intolérance à l’histamine et détecter d’éventuelles allergies croisées :

  • un dosage de la vitamine B6 ;
  • une mesure de l’activité de la diaminoxydase ;
  • un test de libération d’histamine (test de provocation) ;
  • un dosage sanguin de l’histamine ;
  • des tests cutanés pour les allergies croisées.

Le traitement des symptômes de l’allergie à l’ananas peuvent être traités par des médicaments anti-histaminiques. D’autres traitements peuvent être associés en fonction du cas spécifique de chaque personne (vitamine B6, vitamine C, cromoglycate).

Le traitement de l’allergie à l’ananas repose sur l’éviction de l’ananas et de tous les produits contenant de l’ananas. Même une quantité infime d'ananas dans une préparation peut déclencher des symptômes allergiques chez les sujets les plus sensibles. 

Les aliments riches en histamine ou histamino-libérateurs doivent être évités dans la mesure du possible, tandis que les aliments pauvres en histamine doivent être privilégiés :

  • la viande ;
  • le poisson ;
  • certains fruits et légumes frais ;
  • les céréales et les pâtes ;
  • le lait et les produits laitiers. 

Les aliments doivent être consommés le plus frais possible et des précautions d'hygiène sont nécessaires pour leur stockage et leur préparation.