Sommaire

Une vascularite allergique est une affection de la paroi de certains vaisseaux sanguins dont le facteur déclenchant peut être la prise d'un médicament, un produit irritant, ou encore une infection.

Faisons le point sur cette pathologie dans notre article.

Vascularite allergique : caractéristiques

Le terme vasculite, désigné aussi par vascularite ou angéite, désigne un groupe de maladies qui sont dues à des lésions inflammatoires des parois des vaisseaux de tout calibre, artériels et veineux.

Les vascularites sont une entité large classifiée selon le type de lésion artérielle, mais aucune classification n'est définitive et satisfaisante car de nombreuses formes se chevauchent ou sont atypiques.

Une vascularite allergique (équivalents : vasculite d'hypersensibilité, vasculite leucocytoclasique) correspond à une inflammation de la paroi des petits vaisseaux (capillaires, artérioles, veinules) consécutive à une réaction face à un antigène, protéine endogène ou exogène reconnue par l'organisme comme étrangère. Parfois, la cause n'est pas retrouvée.

Mécanismes en cause dans la vasculite allergique

La vascularite allergique est liée à la formation de complexes entre des antigènes et des anticorps, dits complexes immuns, au niveau des petits vaisseaux cutanés du derme.

Elle concerne surtout les artérioles, capillaires et veinules. Elle peut parfois atteindre des tissus profonds, au niveau : des intestins, du cœur, des reins, du cerveau ou encore des poumons.

Le dépôt de complexes antigène-anticorps sur la paroi vasculaire déclenche une cascade inflammatoire. Certaines cellules de l'inflammation, notamment les polynucléaires neutrophiles, libèrent des enzymes qui attaquent les parois vasculaires et les tissus.

Les antigènes à l'origine des complexes immuns peuvent être exogènes c'est-à dire être apportés par l'extérieur :

  • médicaments (anti-inflammatoires non stéroïdiens, antibiotiques…) ;
  • vaccins ;
  • germes infectieux viraux (herpès, hépatite B et C, VIH, parvovirus B19) ;
  • bactériens (streptocoque, staphylocoque, salmonelle, yersiniose, mycobactéries).

Ils peuvent être endogènes, c'est-à dire être apportés par l'organisme :

  • maladies auto-immunes (lupus, polyarthrite rhumatoïde…) ;
  • certains cancers affectant les lignées sanguines ;
  • rarement dans les tumeurs solides.

Symptômes de la vasculite allergique

Classiquement, les symptômes surviennent chez l'adulte de plus de 16 ans, 7 à 10 jours après contact avec un antigène : médicaments, dérivés iodés, infections, cancers solides, lymphomes, etc).

L'atteinte cutanée comporte un purpura infiltré palpable sous la forme de points rouges qui ne s'effacent pas à la pression, prédominant aux membres vers les extrémités et d'évolution ascendante.

Peuvent être associées :

  • des lésions d'urticaire ;
  • des macules érythémateuses (tâches rouges en relief) ;
  • parfois des zones de nécrose.

Ces lésions sont généralement indolores.

Une atteinte systémique est soupçonnée en cas de signes généraux comme de la fièvre, des douleurs articulaires ou musculaires, des signes digestifs, ou des signes neurologiques. L'atteinte systémique peut être rénale, musculaire, pulmonaire, neurologique ou cardiaque.

Vascularite allergique : diagnostic

Le diagnostic est évoqué par le médecin devant des manifestations cliniques caractéristiques, d'autant plus s'il existe un facteur déclenchant identifié.

Une enquête très fouillée est réalisée afin de rechercher un antigène étranger, concernant d'éventuelles prises médicamenteuses, vaccinations, ou infections, une notion de voyage, des symptômes orientant vers une cause.

Le diagnostic de certitude est basé sur une biopsie cutanée profonde d'une lésion cutanée. Elle met en évidence un infiltrat inflammatoire périvasculaire avec des débris de polynucléaires (leucocytoclasie) et des complexes immuns.

D'autres examens complémentaires sont réalisés, en fonction des signes d'appel, afin de rechercher l'atteinte des différents organes :

  • bilan sanguin complet avec sérologies virales et recherche d'une maladie inflammatoire ;
  • examen des urines ;
  • radiographie du thorax ;
  • échographie abdominale ;
  • électrocardiogramme ;
  • échographie cardiaque.

Traitement de la vasculite allergique

Dans la plupart des cas, l'hospitalisation n'est pas requise et l'évolution est favorable après suppression de la cause.

Le traitement consiste à éliminer le facteur déclenchant lorsque c'est possible : traitement d'une infection, interruption d'un traitement médicamenteux.

Des mesures sont parfois associées : surélévation des jambes, port de bas de contention, repos au lit strict.

Dans les formes graves, des corticoïdes par voie générale peuvent être nécessaires. En cas d'atteinte systémique, le traitement est discuté en concertation multidisciplinaire et peut comporter des immunosuppresseurs voire des échanges plasmatiques.