Sommaire

 

La codéine est un médicament qui appartient à la classe médicamenteuse des opiacés dans laquelle se trouvent également la morphine ou le tramadol. La codéine est prescrite dans deux grands types d’indications, comme médicament anti-tussif, le plus souvent sous forme de sirops, et comme médicament antalgique par voie orale.

L’allergie à la codéine est un phénomène rare, qui ne doit pas être confondu avec les intolérances à la codéine ou les effets secondaires de la codéine. Le point dans notre article.

Allergie à la codéine : généralités

La codéine est une molécule naturelle extraite du pavot, ou synthétisée chimiquement en laboratoire. Elle appartient à la classe des opiacés dans laquelle se trouvent également la morphine, les dérivés de la morphine et le tramadol. La codéine présente plusieurs propriétés pharmacologiques utilisées en thérapeutique :

  • Des propriétés anti-tussives : la codéine est présente dans de nombreux sirops contre la toux sèche.
  • Des propriétés antalgiques : la codéine est un antalgique de palier 2, plus puissant que le paracétamol, mais moins puissant que la morphine.
  • Des propriétés anti-diarrhéiques : la codéine peut être utilisée dans le traitement des diarrhées aiguës et des colopathies fonctionnelles.

Dans les médicaments antalgiques, la codéine n’est jamais présente seule, mais toujours associée à d’autres molécules : le paracétamol, l’ibuprofène, la caféine, l’acide acétylsalicylique (aspirine). 

Allergie et effets secondaires de la codéine

Comme de nombreux médicaments, la codéine entraîne différents effets indésirables, plus ou moins fréquents et variables en fonction de la dose administrée :

  • une sensation de bouche sèche ;
  • des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, une constipation ;
  • des démangeaisons ;
  • une somnolence, des troubles de la vigilance, des vertiges, des maux de tête ;
  • une euphorie surtout en cas de fortes doses ;
  • une rétention urinaire ;
  • des troubles oculaires (myosis) ;
  • un bronchospasme, des troubles respiratoires surtout chez les personnes âgées et les patients atteints de pathologies pulmonaires chroniques ;
  • une dépendance physiologique et psychologique surtout en cas de prise prolongée, associée à un syndrome de sevrage à l’arrêt du traitement ;
  • des réactions allergiques ou pseudo-allergiques. 

Allergie à la codéine : typologie

Fausses allergies à la codéine

L’allergie à la codéine est un phénomène rare. En revanche, d’autres réactions peuvent être confondues avec une allergie à la codéine :

  • Une réaction pseudo-allergique ou réaction anaphylactoïde provoque les mêmes symptômes que la réaction allergique mais ne fait pas intervenir le système immunitaire. En général, cette réaction provoque la libération d’histamine responsable des symptômes allergiques.
  • Une intolérance correspond à la survenue d’effets indésirables du médicament à des doses auxquelles ces effets ne devraient normalement pas se produire.
  • L’idiosyncrasie est proche d’une réaction d’hypersensibilité mais ne met pas en jeu le système immunitaire. 
  • Les effets indésirables de la codéine peuvent être proches de symptômes allergiques. 

Allergie vraie à la codéine

L’allergie vraie à la codéine fait intervenir le système immunitaire. L’allergie médicamenteuse se déroule le plus souvent en deux temps :

  • une phase d’induction ou de sensibilisation correspondant à une exposition au médicament ;
  • une phase symptomatique avec l’apparition des symptômes lors des expositions suivantes au médicament.

L’allergie à la codéine est une réaction rare et se manifeste par des symptômes variés selon les personnes et la dose de codéine administrée :

Diagnostic et traitement de l’allergie à la codéine

Le diagnostic d’une allergie vraie à la codéine est complexe.

En effet, la codéine est presque toujours associée à d’autres molécules dans les médicaments. Il n’est pas toujours facile d’imputer directement les symptômes allergiques à la codéine. Par ailleurs, la codéine est souvent à l'origine de réactions pseudo-allergiques, difficiles à différencier des allergies.

De plus, les tests cutanés d’allergie ne sont pas disponibles pour les médicaments et ne peuvent donc pas contribuer au diagnostic. Le questionnaire minutieux de l’allergologue peut cependant permettre de poser le diagnostic.