Sommaire

 

Le silicone ou plus précisément les silicones sont des matériaux présents dans de nombreux dispositifs médicaux (prothèses) ou dans des objets de la vie courante (tétines, ustensiles de cuisine). L’allergie aux silicones se manifeste par différents symptômes selon le type de silicones, le mode d’exposition aux silicones et selon les individus. Le traitement consiste à traiter les symptômes allergiques et à supprimer tout contact avec les silicones. 

Le point dans notre article.

Où trouve-t-on des silicones ?

Les silicones représentent un ensemble de polymères de synthèse (polymères de polyméthylsiloxane) largement utilisés dans la conception d’objets de la vie quotidienne (tétines de biberons, plats de cuisson, moules de pâtisserie, etc.), mais aussi de matériels médicaux implantables ou non dans l’organisme (tubulures de perfusion, prothèses, implants, etc.).

Les silicones présentent des caractéristiques très intéressantes pour un matériau offrant une multitude d’applications possibles :

  • une large gamme de viscosités possibles (liquides, gels, élastiques solides) ; 
  • une bonne biocompatibilité (inertie vis-à-vis des tissus humains). 

L’utilisation des silicones peut intervenir à différents moments de la fabrication d’un objet : au cours du procédé de fabrication, ou en tant que composant de l’objet. 

Il n’est donc pas toujours aisé d’identifier précisément la présence et la teneur en silicones dans un objet.

Allergie aux silicones : symptômes

Les silicones, longtemps considérés comme des composants inertes dans l’organisme, peuvent provoquer plusieurs réactions néfastes de l’organisme, dont des réactions allergiques. L’allergie aux silicones se manifeste par différents symptômes en fonction de la nature des silicones et de l’exposition de la personne aux silicones :

  • un eczéma de contact ; 
  • une urticaire ; 
  • une réaction inflammatoire (rougeur, chaleur et œdème parfois associés à une fièvre modérée) ; 
  • un bronchospasme, un asthme allergique ; 
  • des troubles digestifs (douleurs abdominales, diarrhées, nausées, ...) ; 
  • un choc anaphylactique dans les cas les plus graves. 

Les mécanismes précis responsables de l’allergie aux silicones ne sont pas encore complètement élucidés. La dégradation des silicones avec un relargage de particules de silice (allergènes reconnus) pourrait expliquer en partie ces réactions allergiques. 

Diagnostic et traitement de l’allergie aux silicones

La survenue de symptômes allergiques à la suite du contact avec un objet contenant des silicones n’est pas systématiquement synonyme d’une allergie aux silicones, les silicones étant souvent un élément parmi d’autres dans la composition de l’objet.

Une consultation spécialisée chez un allergologue peut permettre de confirmer une allergie aux silicones par différents tests : des prick-tests (tests intradermiques), des patch-tests, etc. 

En cas d’allergie avérée aux silicones, des traitements spécifiques sont prescrits pour soulager les symptômes allergiques (anti-histaminiques par voie orale, corticoïdes par voie orale ou en injection). L’éviction des silicones reste le seul traitement définitif de l’allergie aux silicones :

  • Dans le cas des dispositifs médicaux, des alternatives existent pour supprimer l’utilisation de matériel médical contenant des silicones.
  • Dans le cas des bas de contention à bandes de silicone, certains bas sont munis de ceintures d’attache en remplacement des bandes de silicone. L’utilisation de porte-jarretelles ou le recours à des adhésifs sont également des alternatives possibles.
  • Parfois, il n’est pas facile de détecter la présence de silicone dans les objets du quotidien ou dans certains dispositifs médicaux, lorsque les silicones sont présents en faible proportion ou lorsqu’ils ont été utilisés uniquement au cours du procédé de fabrication.