Sommaire

 

L’allergie à l’or est rare du fait du coût élevé de ce métal qui limite son utilisation. On utilise l’or principalement dans la production de bijoux et d’occlusions dentaires, mais aussi en électronique ou dans le traitement des rhumatismes.

La réglementation et les avancées technologiques en dentisterie ont fait évoluer l’utilisation de l’or et le nombre de personnes allergiques est de plus en plus faible. Ce sont souvent des femmes qui sont allergiques à l’or. Petit tour d'horizon.

Comment se manifeste une allergie à l’or ?

Les principaux symptômes d'une allergie à l’or se caractérisent par un eczéma de contact qui se manifeste par :

  • des plaques rouges à l’endroit où le bijou frotte ;
  • des papules suintantes ;
  • un épaississement de la peau, rugueux ;
  • des démangeaisons d’intensité variable.

Allergie : attention à la présence d'or autour de soi

Allergie à l'or : en bijouterie

L’or de bijouterie est un alliage de différents métaux destinés à jouer sur sa couleur et sa dureté. Les autres métaux associés sont le platine, l’argent, le cuivre et anciennement le nickel.

L’allergie au nickel étant très commune, cet alliage est aujourd’hui abandonné en France et chez la plupart des bijoutiers internationaux. Mais il faut rester prudent avec des bijoux anciens ou des bijoux de production artisanale.

Un bijou ancien en or peut provoquer une allergie de contact du fait de son alliage avec le nickel, sans que le métal or en soit l'origine.

Or et dentisterie

L’or a longtemps été une solution pour les occlusions dentaires et les prothèses dentaires. La dentisterie en a consommé jusque 67 tonnes par an. Aujourd’hui, les prothèses en céramiques et en résine ont réduit son utilisation à néant. Néanmoins, il reste toutes les personnes, aujourd’hui âgées, qui vivent avec ces prothèses.

L’or est en partie soluble en milieu aqueux et on retrouve de l’or dans les bilans sanguins des personnes portant des prothèses et des occlussions dentaires en or dans la bouche.

Cette présence d’or dans le sang pourrait sensibiliser les personnes lorsqu’elles portent un bijou en or, tel une alliance. Le frottement, ajouté à la macération de la sueur, peut provoquer une allergie de contact de type eczéma.

Or en chrysothérapie

Cette technique thérapeutique assez ancienne n’a jamais réellement fait ses preuves. En 1935, des travaux scientifiques préconisent l’utilisation de sels d’or pour réduire l’inflammation et ralentir l’évolution de la maladie chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde.

Cette utilisation pourrait sensibiliser les patients à l’or et ceux-ci pourraient développer une allergie de contact à l’or.

Allergie à l'or : en électronique

Grâce à ses propriétés de conductibilité tout en étant inoxydable, l’or est utilisé dans la production de pièces électroniques pour les téléphones portables, les GPS et autres.

Il n’y a pas de maladie allergique professionnelle répertoriée à la fabrication de ses pièces.

Allergie à l’or : diagnostic et traitement

Le thiosulfate sodique d'or est testé afin de détecter une allergie de contact à l'or.

Une réaction positive à cette substance n'a pourtant généralement pas de conséquences cliniques. En effet, la plupart des personnes allergiques à l'or supportent le port de bijoux en or. Il y a beaucoup de faux positifs avec le thiosulfate sodique d’or.

La première action après le diagnostic est d'éviter les bijoux en or. Puis il s'agit de soigner l'eczéma avec :

Le traitement peut durer de quelques semaines à plusieurs mois.