Sommaire

 

Les allergies peuvent être alimentaires, respiratoires ou de contact. Leur prévalence a doublé ces dernières 20 années, dans le monde entier. Dans la famille des allergies de contact, on trouve notamment l’allergie à la lanoline.

Toutes les infos dans notre article.

Allergie à la lanoline : quelles sont les caractéristiques ?

Rappelons d’abord que la lanoline est également appelée graisse de laine ou bien cire de laine :

  • il s’agit d’une cire, c’est-à-dire un mélange d’acides gars et d’esters avec des alcools ;
  • elle est obtenue après purification et raffinage du suint (partie grasse qui protège la laine) ;
  • elle est utilisée dans les produits cosmétiques (notamment grâce à ses propriétés adoucissantes et assouplissantes pour la peau), ou comme supplément en vitamine D ;
  • la lanoline est un produit d’origine animale.

L’allergie à la lanoline entre dans la famille des allergies de contact. On parle aussi d’eczéma allergique de contact ou de dermatite (ou dermite) de contact allergique.

Ce type d’allergie produit de nombreux symptômes lors des contacts physiques :

  • des rougeurs sur la peau ;
  • des démangeaisons ;
  • des vésicules peuvent aussi apparaître.

Cause d'une allergie à la lanoline

C’est en étant en contact physique avec la lanoline que la réaction allergique peut se déclencher :

  • d’abord, c’est l’étape de sensibilisation : la personne entre en contact avec l’allergène, son corps le considère comme un élément étranger et veut le combattre ;
  • l’organisme fabrique des anticorps spécifiques contre l’allergène ;
  • puis c’est la réaction allergique à proprement parlé : lors des contacts suivants (dès le second ou après plusieurs), le système immunitaire reconnaît l’allergène et libère des prostaglandines et de l’histamine ;
  • cela suffit à provoquer les symptômes de l’allergie.

Allergie à la lanoline : que faire ?

L’allergologie pratiquera une série de tests cutanés (des épidermo-tests ou des patch-tests) pour s’assurer que c’est bien la lanoline qui est à l’origine de la réaction allergique :

  • quand l’allergène est bien identifié, alors il faut le rayer de la liste et ne plus l’utiliser ;
  • le médecin peut aussi proposer des médicaments pour soulager les symptômes, comme des antihistaminiques ou des corticostéroïdes ;
  • il peut aussi proposer une désensibilisation à l’allergène, en exposant l’organisme de manière graduelle au fameux allergène, pour qu’il le tolère petit à petit mieux.