Sommaire

Au niveau du visage, la peau est fine et les phénomènes vasomoteurs y sont facilement visibles. L’apparition d’une rougeur du visage provient de la dilatation des vaisseaux de la face. Les vaisseaux sont dotés d’une motricité, c’est-à-dire que leur diamètre se rétrécit ou au contraire se dilate sous l’influence des centres nerveux thermorégulateurs. La vasodilatation engendre un afflux sanguin qui vient réchauffer les tissus. Ainsi, la peau du visage devient rouge et chaude : c’est le flush. On vous dit tout cette rougeur faciale passagère qui peut parfois être handicapante au quotidien !

Flush : causes

De nombreux facteurs sont susceptibles d’engendrer un flush :

  • l’effort physique ;
  • l’émotion : le stress, la honte, le fait de parler en public... ;
  • la fièvre ;
  • les phénomènes hormonaux : menstruations, grossesse, ménopause… ;
  • l’allergie.

La durée du flush est variable selon son origine. Elle peut durer une bonne minute, flush émotionnel, à plusieurs heures comme pour le flush allergique.

Se passer un peu d’eau sur le visage permettra de faire régresser la plupart des flushes. Seuls deux types de flush relèvent d’une médication : les flushes  allergiques et hormonaux.

Traitement du flush

Une fois l’allergène identifié, les flushes allergiques pourront être prévenus tandis que les flushes hormonaux nécessiteront un traitement quotidien à plus ou moins long terme.

Flush allergique

Le flush allergique peut évoluer vers des manifestations allergiques plus graves telles que l’œdème de Quincke (risque d’asphyxie). Il est donc important de dépister l’allergie et de la prévenir.

Il existe différents types d’allergènes :

  • les pneumallergènes (inhalés) de type pollens ;
  • les trophallergènes (ingérés) de type lait, œufs, fruits de mer, cacahuètes… ;
  • les allergènes transcutanés comme le latex ;
  • les allergènes médicamenteux notamment les antibiotiques de type pénicilline ;
  • les allergènes professionnels comme la farine de boulanger ;
  • les venins (guêpe et abeilles).

La suspicion d’une allergie nécessite une consultation chez un allergologue dans le but de réaliser des tests allergologiques et d’identifier les allergènes en cause.

Le traitement repose sur l’éviction de l’allergène et sur différents types de médicaments :

  • anti-histaminiques ;
  • corticoïdes ;
  • bronchodilatateurs, en cas d’asthme allergique associé ;
  • adrénaline en stylo auto-injectable, en cas de manifestations plus graves telles que l’œdème de Quincke.

Le suivi rigoureux du traitement anti-allergique permet en règle générale de ne plus voir apparaître de manifestations allergiques cutanées.

Flush hormonal

Les flushes hormonaux, communément appelés bouffées de chaleur sont fréquents chez la femme à différents âges.

  • Chez la femme jeune, les bouffées de chaleur s’intègrent souvent dans un syndrome appelé syndrome pré-menstruel incluant douleurs pelviennes, douleurs mammaires et des modifications d’humeur. Le traitement repose sur une pilule progestative.
  • Au cours de la grossesse, les bouffées de chaleur sont fréquentes. Aucun traitement n’est conseillé en dehors des règles hygiéno-diététiques.
  • Chez la femme en cours de ménopause, les bouffées de chaleur sont fréquentes. Les traitements disponibles sont la pilule œstroprogestative (traitement hormonal substitutif) et les molécules spécifiques aux bouffées de chaleur comme l’Agréal®.

L’observance d’une bonne hygiène de vie et la pratique de sport ou d’activités de relaxation permettent de diminuer la fréquence des bouffées de chaleur.