Sommaire

 

L’allergie à l’aubergine est rare en France et dans les pays voisins. Elle semble toucher plus particulièrement les enfants que les adultes. L’aubergine est un légume-fruit de la famille des Solanacées qui peut provoquer des réactions modérées en raison d’un terrain allergique favorable comme une allergie au latex ou une pollinose à l’armoise. On relève une seule réaction alimentaire sévère parmi les 900 déclarations au Réseau d’allergo-vigilance. Néanmoins, l’aubergine est souvent responsable de désordres mimant une réaction allergique. Le point dans notre article.

Allergie aubergine : l'essentiel sur l'aubergine

L’aubergine contient les éléments suivants :

La solanine

L’aubergine fait partie du même groupe d’aliments que la pomme de terre, la tomate, le poivron et le piment. Comme toutes les Solanacées, elle possède un composé organique, la solanine, qui peut être toxique pour notre organisme en cas de consommation trop importante. La solanine est présente dans et sous la peau du légume-fruit. Un trop long stockage augmente sa quantité.

Les réactions à ce composé ressemblent à celles de l’allergie.

L'histamine

L’aubergine contient également de l’histamine. Ce composé est une molécule de signalisation de notre système immunitaire présente naturellement dans notre corps. L’histamine est libérée en cas de réaction allergique déclenchant ainsi les symptômes de l’allergie : contraction des bronches et des muscles de l’intestin, accélération du rythme cardiaque, démangeaison de la peau, gonflement de la bouche et des paupières, etc.

Les personnes très sensibles avec un terrain allergique supportent mal cet apport supplémentaire et réagissent aux aliments riches en histamine.

L’acide salicylique

La chair de l’aubergine contient un autre composant potentiellement responsable de réactions mimant l’allergie : l’acide salicylique. Ce composé présent naturellement dans beaucoup d’aliments est habituellement bien toléré en quantité modérée. En cas de désordre immunitaire important, la présence d’aliments riches en acide salicylique dans l’alimentation peut engendrer des réactions.

Les personnes allergiques hypersensibles à certains médicaments comme l’aspirine (acide acétylsalicylique) peuvent être plus réactives à ce groupe d’aliments.

Réactions à avoir en cas d'allergie à l'aubergine

Les symptômes de « l’allergie à l’aubergine » sont en fait les mêmes que ceux d’une intoxication : maux de tête, vomissements, douleurs abdominales, diarrhées.

Si des réactions surviennent suite à la consommation d’aubergine, il faut consulter un allergologue afin de réaliser un test (se munir d’aubergine crue et d’aubergine cuite lors de la consultation) et modérer ou retirer la consommation d’aubergine de son alimentation.

Pour les enfants, lors de la diversification alimentaire, l’introduction de l’aubergine doit être tardive (vers 18 mois). Il faudra peler le légume-fruit et ôter les petites graines avant de bien le cuire. En quantité modérée, une ou deux fois par semaine, cela ne doit pas générer de réactions.

Plats contenant de l’aubergine

En gastronomie, de nombreuses recettes traditionnelles contiennent de l’aubergine sans que cela soit forcément évident si on ne connaît pas la recette. Ces plats peuvent causer des désagréments qui miment les symptômes de l’allergie chez les jeunes enfants et les personnes âgées qui sont plus fragiles face à la solanine.

Certains plats courants sont riches en solanine. Exemples :

  • la ratatouille, plat provençal qui contient des poivrons, des aubergines et des tomates ;
  • la caponata, plat sicilien à base d’aubergines, tomates, pommes de terre et câpres ;
  • la moussaka, plat grec qui est une sorte de gratin d’aubergines, pommes de terre et agneau ;
  • le caviar d’aubergine, spécialité provençale à base d’aubergines confites.

Au Liban, on trouve aussi des pâtisseries à base d’aubergine.