Sommaire

 

Les allergies alimentaires touchent de plus en plus de personnes, adultes et enfants compris. On compte près de 120 aliments répertoriés comme étant des allergènes, déclenchant ainsi des réactions allergiques chez les personnes qui les consomment, les touchent ou les inhalent. L'huile de palme peut provoquer ce genre de réaction, bien qu'elle représente moins de 1 % des cas d'allergie alimentaire. Quelles sont les réactions allergiques à l'huile de palme ? On répond tout de suite à cette question !

Allergie à l'huile de palme : caractéristiques

Pré-requis sur les allergies

Une allergie alimentaire est une réaction anormale et exagérée du système immunitaire envers une protéine de l'aliment. Cette réaction est le plus souvent IgE-dépendante (Immunoglobulines E).

Certaines personnes vont réagir fortement en consommant des arachides, d'autres un avocat et, plus rarement, de l'huile de palme.

Spécificités de l'allergie à l'huile de palme

Comme toute personne allergique à un aliment donné, la réaction de l'organisme allergique à l'huile de palme ne se fait pas attendre : au bout de quelques minutes et dans tous les cas en moins de 2 heures, le corps réagit avec l'apparition de signes cliniques :

  • des signes cutanés : les plus fréquents, avec rougeurs, urticaire, démangeaisons ;
  • des signes digestifs : avec des vomissements et diarrhées importants ;
  • des signes respiratoires : avec une possible suffocation ou la survenue d'un asthme ;
  • un choc anaphylactique : une réaction allergique violente pouvant engager le pronostic vital.

Informations nutritionnelles de l'huile de palme

L'huile de palme est issue de la chair des fruits du palmier à huile. Elle ne rancit pas et reste stable à haute température (180 °C). Relativement bon marché, l'huile de palme se retrouve dans de nombreux produits : gâteaux, viennoiseries industrielles, pâte à tartiner, frites, etc.

Sa forte concentration en acides gras saturés a des effets néfastes sur nos vaisseaux sanguins, en particulier les artères du cœur et du cerveau. Ces acides gras saturés, et en particulier en acide gras palmitique, augmentent le taux de mauvais cholestérol sanguin favorisant l'apparition de plaques d'athérome (encrassement des vaisseaux par de la graisse).

100 ml d'huile de palme raffinée apportent 900 kcal et contiennent :

  • 49,3 % d'acides gras saturés dont 43,5 % d'acide gras palmitique ;
  • 37 % d'acides gras monoinsaturés ;
  • 9,3 % d'acides gras polyinsaturés.

Elle contient également 15,9 mg de vitamine E pour 100 ml.

Source : table Ciqual de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail).

Lire l'article Ooreka

Traitement de l'allergie à l'huile de palme

En cas d'allergie à l'huile de palme, le traitement repose sur son éviction dans l'alimentation.

Comme c'est une huile assez bon marché, on la retrouve dans de nombreux produits qu'il faudra tout autant éviter : viennoiseries industrielles, pâtes à tartiner, biscuits, gâteaux, pâtes à tarte, frites, panures, céréales, barres chocolatées ou encore dans les plats cuisinés.

Dans tous les cas, bien lire les étiquettes des produits alimentaires où sa présence doit être obligatoirement indiquée. Au moindre doute, ne pas consommer un produit ; l'idéal étant de cuisiner soi-même à partir de produits frais non transformés.

Lire l'article Ooreka