Sommaire

L’angio-œdème histaminique est une réaction allergique caractérisée par un gonflement sous-cutané et muqueux, dont la gravité est variable. Faisons le point ensemble sur ses causes, ses symptômes et son traitement.

Qu'est-ce qu'un angio-œdème histaminique ?

L’angio-œdème histaminique ou œdème de Quincke est une réaction allergique principalement médiée par les Immunoglobulines E, en réponse à la présence d'un antigène allergisant. C'est une des manifestations fréquentes de l'anaphylaxie, une personne sur 4 en déclarant un dans sa vie avec un pic de fréquence entre 30 et 40 ans.

Il résulte de la libération d'immunoglobulines E, protéines impliquées dans la réponse immunitaire, au contact de l'agent causal :

  • ces immunoglobulines se fixent à la surface des mastocytes, cellules du système immunitaire renfermant de nombreux médiateurs et présents dans de nombreux tissus ;
  • les mastocytes, par leur dégranulation, libèrent une quantité massive de médiateurs inflammatoires parmi lesquels l'histamine provoque une vasodilatation et une augmentation de la perméabilité des vaisseaux à l'origine d'une infiltration de liquide dans les tissus ;
  • il en résulte un œdème des tissus sous-cutanés (couches profondes du derme) et des muqueuses.

Angio-œdème histaminique : causes et symptômes ?

Les causes les plus fréquentes sont les aliments (poissons, fruits de mer, noix, cacahuètes), les médicaments (antibiotiques par exemple), les piqûres d'insectes, le latex, mais aussi l'exercice physique. Cependant, il arrive qu'aucun allergène ne soit identifié malgré un bilan allergologique complet.

Les symptômes de l’angio-œdème histaminique débutent habituellement dans les minutes suivant l'exposition à l'agent déclencheur. L’œdème est transitoire, non inflammatoire (blanc et mou), il ne démange pas. Il est localisé préférentiellement sur la tête (lèvres, langue, plancher buccal, épiglotte, larynx), le cou, les paumes, les plantes, et les zones génitales, même s'il peut se déclarer sur toutes les parties du corps. Il peut être associé à de l'urticaire, caractérisée par des plaques rouges en relief qui démangent, bien délimitées et au caractère migrant.

L'angio-œdème peut aussi se manifester par des symptômes digestifs tels que des nausées, des douleurs abdominales, ou des diarrhées. L'atteinte laryngée est la plus dangereuse à l'origine de troubles de la déglutition, de difficultés à parler et à déglutir, et de difficultés respiratoires.

Existe-t-il d'autres types d’angio-œdèmes ?

Selon leur mécanisme, on distingue plusieurs types d’angio-œdèmes :

  • angio-œdème lié à l'histamine, lié aux substances libérées par la dégranulation des mastocytes ;
  • angio-œdème lié à la bradykinine comporte les angio-œdèmes liés à la prise d'inhibiteurs de l'enzyme de conversion ou d'antagonistes des récepteurs à l'angiotensine II, les angio-œdèmes héréditaires, et le déficit acquis en C1-INH ;
  • angio-œdème sur intolérance médicamenteuses (anti-inflammatoires non stéroïdiens) ;
  • angio-œdème provoqué par des stimuli physiques, tels que le froid, l'effort ou la pression ;
  • angio-œdème idiopathique.

Angio-œdème histaminique : quel traitement ?

Dans l'urgence, aucun bilan de routine n'est nécessaire hormis le dosage des tryptases dans le sang, qui permet d'affirmer l'origine allergique de l’angio-œdème. À distance, un bilan allergologique complet est en revanche nécessaire.

Le traitement repose en premier lieu sur l'arrêt de l'exposition à l'allergène. En fonction de la sévérité, la personne atteinte doit consulter rapidement un médecin, se rendre aux urgences ou appeler le 15. Les anti-histaminiques sont efficaces sur les stades peu sévères et doivent être pris pendant environ 3-4 semaines. Ils sont parfois associés à une corticothérapie de quelques jours.

Dans les formes graves, une administration d'adrénaline est nécessaire. En cas de signes d'anaphylaxie, des perfusions sont nécessaires afin de restaurer la tension artérielle. Dans certains cas d’œdème laryngé, une assistance respiratoire s'impose.

Dans tous les cas, il convient à la personne qui a présenté un angio-œdème d'éviter l'agent en cause, de limiter la consommation d'alcool et des aliments histamino-libérateurs tels que le chocolat ou les fromages fermentés, les opiacés et la codéine. Il faut aussi éviter l'aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Dans certains cas, les patients ayant présenté un angio-œdème sont amenés à avoir toujours sur eux un auto-injecteur d'adrénaline :

  • c'est le cas pour les antécédents d’angio-œdème sévère après une prise alimentaire, mais aussi pour les allergies aux hyménoptères, et enfin pour les angio-œdèmes sévères dont l'origine est mal connue ;
  • si un angio-œdème apparaît, le patient doit alors prendre une dose d'anti-histaminique et un corticoïde, complétés en cas de sévérité par une auto-injection d'adrénaline en ayant pris soin d'appeler le 15 pour se rendre à l'hôpital.