Allergie aux moisissures

Écrit par les experts Ooreka

 

Les moisissures sont naturellement présentes dans l'air et sur certains substrats. Ce sont des champignons microscopiques dont les spores, libérées pour leur reproduction, sont allergisantes pour les personnes qui y sont sensibles. Pour tout savoir sur l'allergie aux moisissures.

Les causes des allergies aux moisissures

Les principaux responsables de cette allergie, les moisissures, sont des champignons microscopiques filamenteux. Les moisissures sont des polluants naturellement présents dans l'air et peuvent devenir dangereuses lorsqu'elles prolifèrent à l'extérieur ou à l'intérieur des habitations.

Les moisissures se développent en abondance dans les zones humides, comme les forêts, les rives de fleuves et de lacs. Certaines envahissent également les bâtiments et colonisent les matériaux inertes, comme le placoplâtre, le bois ou les couches isolantes bio-naturelles. À noter que les moisissures sont aussi présentes dans l'alimentation, notamment le pain, le fromage, les fruits et les légumes. 

Plusieurs milliers d'espèces de moisissures existent ! Voici quelques-unes des plus fréquemment rencontrées.

  • Alternaria : végétaux en décomposition, bois, textiles d'ameublement, papier peints, poussières de matelas.
  • Aspergillus : débris organiques en décomposition, compost, murs et sols, épices.
  • Botrytis : fruits, fleurs, légumes, végétaux au sol.
  • Cladosporium : plantes, débris organiques en décomposition, murs, plafonds après infiltration.
  • Fusarium : eau, sol, végétaux.
  • Helminthosporium : céréales mal entreposées, graines, plantes, sol.
  • Mucor : débris organiques, plantes, sol.
  • Penicillium : débris organiques, compost, fruits, légumes, sol.
  • Stemphylium : plantes, paille.

Comme nos modes de vie ont évolué, les moisissures se développent plus facilement dans les habitations à cause :

  • d'un manque d'aération ou de ventilation ;
  • d'une trop grande production d'humidité (cuisson, bains, etc.) ;
  • d'un défaut du bâtiment (mauvais matériaux, remontées capillaires, etc.) ;
  • des matériaux (isolation en chanvre ou en paille, papier peint, placoplâtre, etc.).

Bon à savoir : les maisons construites dans les années 70 sont particulièrement exposées à la prolifération de moisissures car, conçues lors du choc pétrolier, elles sont hermétiques par soucis d'économie d'énergie. Les maisons passives des années 2000 commencent à être évoquées également dans l'aggravation de l'asthme allergique.

Allergies et sporulation des moisissures

Lors de la sporulation des moisissures (libération des spores pour la reproduction), les réactions allergiques peuvent être plus importantes selon la période de l'année.

  Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc.
Alternaria           •• ••      
Cladosporium         •• ••    
Botrytis             •• •• ••      
Penicillium

Symptômes de l'allergie aux moisissures

L'allergie aux moisissures peut causer différents symptômes :

  • toux et difficultés respiratoires ;
  • démangeaisons au niveau des yeux, du nez, de la gorge ;
  • apparition ou aggravation de l'asthme ;
  • réactions cutanées ;
  • troubles nerveux, hépatiques, rénaux et digestifs.

Selon certaines études, l'allergie aux moisissures pourrait également avoir des effets cancérigènes.

Les symptômes et les conséquences sur la santé seront plus ou moins importants selon :

  • le type de moisissures ;
  • la surface du lieu contaminé ;
  • l'âge et l'état de santé de la personne touchée.

Prévention de l'allergie aux moisissures

La meilleure prévention contre l'allergie aux moisissures est l'éviction de l'allergène. Il est ainsi conseillé d'éviter de se retrouver sur un terrain propice au développement des moisissures, à savoir les lieux humides.

Pour cela, il faut :

  • équiper son habitat d'une ventilation mécanique contrôlée (VMC) ;
  • nettoyer régulièrement les ouvertures d'aération des fenêtres ;
  • utiliser une hotte aspirante lors de la préparation des repas ;
  • aérer la salle de bain après un bain ou une douche ;
  • aérer son habitat 10 min chaque jour en ouvrant les fenêtres ;
  • effectuer un nettoyage des zones contaminées avec de l'eau de javel diluée (murs de cave, sous-évier de salle de bain et de cuisine, etc.) ;
  • remplacer le terreau des plantes vertes par des billes hydroponiques ;
  • ne pas faire de compost dans son jardin et éviter de manipuler les tas de feuilles en automne ainsi que la tonte du gazon au printemps ;
  • ne pas faire sécher le linge dans la chambre à coucher (on passe 8 à 12 h par jour dans cette pièce).

Attention : si la cause du développement de ces moisissures vient d'un problème de bâtiment, effectuez les travaux nécessaires au plus vite (réparation de la toiture, d'une fuite, drainage des soubassements...).

Diagnostic de l'allergie aux moisissures

Si vous pensez souffrir d'une allergie aux moisissures, il est conseillé de consulter un allergologue.

Le diagnostic s'effectue en 3 temps :

  • des tests cutanés :
    • dépôt de la substance allergène sur la peau (bras ou dos) ;
    • temps de repos pour voir ce qui se passe ;
  • une enquête orale sur les conditions de vie ;
  • un examen clinique.

Traitement de l'allergie aux moisissures

Quand l'allergie aux moisissures est diagnostiquée chez une personne, le traitement consiste à soulager ces symptômes par :

  • des corticoïdes ou décongestionnants (vaporisateurs nasaux) ;
  • des antihistaminiques (ils réduisent la réaction de l'organisme face à l'allergène).

Dans certains cas, il est possible de se désensibiliser aux moisissures. La désensibilisation (immunothérapie allergénique) est le seul traitement qui agit directement sur le système immunitaire en le reprogrammant pour accepter les allergènes :

  • par voie sublinguale (administration de doses quotidiennes d'allergènes pendant 3 à 5 ans ou saisons consécutives) ;
  • par voie sous cutanée (administration de doses d'allergènes à intervalles définis par l'allergologue pendant 3 à 5 ans ou saisons consécutives.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !