Allergie au chat

Écrit par les experts Ooreka

 

L'allergie au chat est la plus fréquente des allergies aux animaux. En France, les animaux de compagnie, et particulièrement les chats, sont très courants dans les foyers. Heureusement, il est tout à fait possible d'avoir un chat chez soi même si l'on est allergique. Dans les cas les plus graves seulement, il faudra envisager de se séparer de l'animal.

Quels sont les symptômes de l'allergie au chat ?

L'allergie au chat se caractérise essentiellement par des signes respiratoires :

Une réaction cutanée au contact du chat (eczéma urticaire) ou des endroits où séjourne le chat (comme le canapé, les oreillers...) peut apparaitre sur les peaux à tendance atopique.

Qu'est-ce qui rend allergique au chat ?

La salive et la sueur du chat contiennent des protéines très allergisantes, naturellement présentes sur la fourrure de l'animal. En perdant ces poils, en se frottant contre les jambes, les coins de lit, le chat laisse les allergènes extrêmement volatiles dans l'environnement. Au contact des yeux et du nez, mais aussi en respirant ces allergènes, les réactions allergiques apparaissent.

Les allergies suivantes peuvent d'ailleurs être croisées avec celle du chat, car les protéines en cause sont similaires :

Comment éviter l'allergie au chat ?

Pour diminuer au maximum les allergènes du chat, voici quelques conseils :

  • Lavez le chat à l'eau 1 fois par semaine (sans shampoing) ou, s'il n'est pas habitué, passez un gant humidifié d'eau sur son pelage.
  • Cantonnez le chat à des pièces dédiées (cuisine, couloir, salon) et préservez absolument les chambres à coucher de toute présence féline.
  • Lavez régulièrement les vêtements et coussins en contact avec le chat.
  • Aérez quotidiennement le logement.
  • Passez très régulièrement l'aspirateur.
  • Utilisez un purificateur d'air dans les pièces de taille moyenne.
  • Séparez-vous de l'animal en dernier recours, l'impact socio-psychologique étant considérable dans l'évolution de la maladie allergique.

Bon à avoir : si vous avez un chat et que vous recevez une personne allergique au chat chez vous, avertissez-la de la présence du félin. Faites un ménage soigneux et utilisez un spray anti allergie sur le canapé qui va « coller » les allergènes au tissu. Ce traitement doit toutefois rester ponctuel, ce genre de spray pouvant être irritant pour les asthmatiques.

Traitement de l'allergie au chat

On peut avoir recours à deux sortes de traitements pour soigner l'allergie au chat.

Combattre l'allergie au chat par traitement symptomatique

La prise d'antihistaminiques oraux, de spray nasal et de collyre contenant des corticoïdes vont apaiser les réactions allergiques et atténuer les effets immédiats.

Important : si les symptômes ne sont pas trop lourds, les actions de prévention évoquées plus haut et le traitement symptomatique peuvent suffire à rendre le maître et son chat heureux de vivre ensemble !

Diminuer l'allergie au chat par l'immunothérapie spécifique

Il est possible de suivre un traitement par désensibilisation ou immunothérapie spécifique.

La personne allergique va recevoir des doses croissantes d'allergènes de chat (en solution sublinguale ou par injection) jusqu'à ce que son système immunitaire ne les reconnaisse plus comme des ennemis. Ce traitement dure de 1 à 3 ans et donne de bons résultats. Il est préférable, dans ce cas précis d'allergie au chat, ne pas ajouter d'autres allergènes au traitement de désensibilisation.

À noter : une biotech française est en train de mettre au point un vaccin contre l'allergie aux animaux avec un procédé tout à fait innovant a priori disponible d'ici 2025.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !