Allergie au chlore

Écrit par les experts Ooreka

 

L'allergie au chlore se manifeste, le plus couramment, après une baignade dans une piscine traitée au chlore. Il ne s'agit pas d'une réelle allergie mais plutôt d'une réaction vive à un irritant : le dichlore. L'abus de langage nous conduit à parler simplement d'allergie au chlore et aux piscines chlorées.

Causes d'une allergie au chlore ?

Le chlore (ou plutot dichlore car c'est la cohésion de deux atomes) est utilisé pour traiter l'eau des piscines. Il a un effet :

  • oxydant (destruction des bactéries, virus et champignons) ;
  • désinfectant ;
  • algicide (détruit et évite la prolifération d'algues).

Outre le chlore présent dans l'eau un élément dégradé peut apparaitre en cas de fréquentation intensive d'un bassin mal équilibré. Il s'agit de la chloramine.

La chloramine est un gaz qui se forme à la surface de l'eau. Ce gaz se constitue en contacte des matières organique et des urines avec une eau bien chauffée. On déconseille de plus en plus les séances de bébés nageurs dans les piscines traitées au chlore car cela irrite les bronches immatures des bébés et ils deviennent asthmatiques en grandissant.

Manifestation d'une allergie au chlore

Une allergie au chlore se manifeste de différentes manières, par :

  • Une irritation des yeux : cas qui est le plus fréquent lors d'une exposition au chlore (yeux rouges gonflés).
  • Une irritation de la peau (eczéma)
  • Des démangeaisons accompagnant l'eczéma
  • De l'asthme (difficulté à respirer, toux, et éternuements).
  • Une crise d'asthme sévère
  • Des malaises et des nausées.

À noter : il ne faut pas confondre une petite réaction au chlore comme quelques rougeurs, ou bien les yeux rouges en sortant de la piscine, avec une véritable allergie au chlore qui sera plus importante et qui se manifestera systématiquement au contact du chlore.

Prévenir l'allergie au chlore

Il est possible de limiter les réactions au contact du chlore, en prenant des précautions lorsque vous vous trouvez dans de l'eau chlorée, mais aussi après, si votre allergie est trop importante.

  • Utiliser un pince-nez : cela empêchera l'eau d'être en contact avec la muqueuse nasale
  • Utiliser des lunettes de piscine.
  • Laver sonnez avec du sérum physiologique après la baignade.
  • Hydrater la peau avec une crème émolliente après chaque baignade.
  • S'administrer 3 bouffées de salbutamol, notamment lorsqu'on a déjà un terrain atopique, avant et après la baignade.

La consultation d'un allergologue est nécessaire si la gêne occasionnée est trop importante (nageur professionnel, maitre nageur etc.) afin qu'il mette en place un traitement spécifique pour équilibrer les symptômes.

Une alternative à l'utilisation du chlore ?

Voici un tableau comparatif des différentes alternatives au chlore (en prenant pour base ce produit) :

Nom Procédé Nocivité Prix Présence de chlore Conséquences sur l'homme
Chlore Dilution du produit sous forme de poudre ou liquide dans l'eau. Nocif. Peu onéreux (entre 35 et 56 €). / Réactions allergiques.
Absorbants biodégradables Utilisation d'une éponge dépolluante à placer dans les pré-filtres de la pompe. Réduit, en fixant les micros polluant organiques, l'utilisation de produits chimiques. Moins nocif. Plus cher car à renouveler une fois, voire deux fois par mois. (environ 35 €) Réduit l'utilisation de produit chimiques comme le chlore de 81 %. Pas du tout irritant.
Ozone Produit naturel qui se forme en cassant la molécule d'oxygène. Dans l'eau, il permet de détruire les bactéries, virus, germes. Fonctionne avec un ozonateur. Moins nocif. Plus cher (plus de 1 000 €). Sans chlore. Diminution des risques d'allergies.
Ionisation cuivre-argent C'est un générateur automatique qui désinfecte les piscines. Cela consiste à libérer de faibles quantités de cuivre et d'argent dans l'eau de votre piscine. Moins nocif. Plus cher (2 000 € à 3 000 €). Réduit de 80 % l'utilisation du chlore. Pas d'irritation des yeux ou de la peau.
Polymère PHMB Il élimine les bactéries et les champignons. Il peut être utilisé sous forme de pastille ou en liquide. Moins nocif. Plus cher (13 € le bidon de 1 L.) car n'est pas écologique. Il est incompatible avec le chlore et le brome. Pas d'irritation des yeux et de la peau.
Désinfection aux rayons UV Passage de l'eau aux rayons UV pour supprimer les micro organismes.  Non déterminé. Plus cher (entre 1 000 € et 3 000 €). Sans chlore, mais il faut compter sur l'utilisation d'un désinfectant complémentaire. Pas d'irritations de la peau ou des yeux.
Oxygène actif Il supprime toutes les matières organiques présentes dans l'eau de la piscine et lutte contre les algues. Il est utilisé pour de petits volumes et se trouve sous la forme de galets, pastilles, liquides ou sachets. Moins nocif car ne modifie pas le pH. Plus cher (100 € pour 22 kg) car n'a pas un effet qui dure. Sans chlore. N'irrite ni la peau, ni les yeux.
Brome C'est un agent oxydant, désinfectant et algicide. On peut les trouver sous forme de galets ou pastilles à placer dans des brominateurs. Moins nocif. Plus cher (entre 80 et 250 €). Sans chlore. N'irrite ni la peau, ni les yeux, ni les muqueuses.
Piscine naturelle Les plantes d'eau assurent l'élimination des matières organiques. Naturel. Plus cher (au dessus de 35 000 €). Pas de chlore. N'irrite pas la peau, ni les yeux.
Électrolyse du sel Installation d'un électrolyseur qui sépare le chlore et la soude présente dans la molécule de sel. C'est l'oxydation du sel en chlore. Ce chlore va détruire les bactéries. Naturel. Plus cher (entre 700 € et 800 €). Présence de chlore sans effet nocif. N'irrite ni la peau, ni les yeux.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !