L'allergie aux fruits à coque

Écrit par les experts Ooreka

Les principaux allergènes responsables d'une allergie alimentaire sont :

Les allergies aux fruits à coques sont fréquentes : elles représentent près de 10 % des allergies alimentaires de l'adulte. L'allergie à la noisette étant la plus fréquente.

Que sont les fruits à coque ?

L'allergie aux fruits à coque

Les fruits à coque sont des fruits secs oléagineux (dont on peut extraire de l'huile) qui poussent sur des arbres de famille botanique différente de l'arachide.

Ce sont principalement :

  • les amandes ;
  • les noisettes ;
  • les noix (du Brésil, de cajou, de coco, de macadamia, de pécan, etc.) ;
  • les pignons ;
  • la pistache ;
  • les châtaignes.

Allergie croisée

Les réactions croisées entre les fruits à coque et l'arachide sont fréquentes. Les personnes allergiques aux noisettes, noix, noix de pécan et noix du Brésil ont un risque élevé d'être aussi allergiques à l'arachide.

D'autres réactions croisées existent comme la noix et les rosacées (abricots, cerises, fraises, framboises, noisettes, pêches, poires, pommes, prunes...), et les noisettes avec de nombreux pollens.

Des réactions croisées entre les fruits à coque et les légumineuses (soja, haricots, pois chiches, lentilles...) sont également possibles.

Quels sont les produits à éviter ?

Les fruits à coques sont présents dans de nombreux produits préparés. Lisez bien les étiquettes ! Vous pouvez par exemple en trouver dans :

  • le chocolat ;
  • les biscuits apéritifs ;
  • certains gâteaux ou biscuits ;
  • les céréales pour le petit déjeuner ;
  • les pâtes à tartiner ;
  • les pains spéciaux ;
  • des sucreries (nougats, dragées...) ;
  • de la charcuterie (certains saucissons, pâtés...).

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Comment se manifeste l'allergie aux fruits à coque ?

L'allergie aux fruits à coques peut prendre différentes formes principalement cutanée (urticaire et eczéma) et respiratoire (rhinite allergique, asthme allergique...).

Les fruits à coque peuvent également être responsables de réaction allergique grave telle qu'un choc anaphylactique. Environ 15 % des chocs anaphylactiques dus à des allergies alimentaires sont le fait des fruits à coque (avec une plus grande fréquence pour les noix de cajou).

Traitements de cette allergie

Le meilleur des traitements consiste à supprimer tout contact avec l'allergène responsable. L'allergie doit être confirmée par un allergologue grâce à des tests cutanés. Une fois le diagnostic établi, il faut supprimer de son alimentation le ou les fruits à coque en cause.

Pour cela, il est nécessaire de surveiller attentivement sa nourriture et de bien lire les étiquettes des produits alimentaires. Une aide et les conseils d'une diététicienne ou d'un médecin nutritionniste sont parfois nécessaires.

À noter : l'information des consommateurs en matière d'allergènes a été renforcée par le décret n° 2015-447 du 17 avril 2015. Ainsi, à compter du 1er juillet 2015, la présence éventuelle d'allergènes doit être mentionnée sur les denrées alimentaires préemballées ou à proximité lorsqu'elles ne sont pas préemballées.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
stéphane roux

aide au changement par l' hypnose ericksonienne

Expert

guy roulier

ostéopathe, posturologue, naturopathe, phyto-aroma | naturemania.com

Expert

claude andurand

hypnothérapeute, thérapie brève, orienté solutions | cabinet de psychothérapie

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.