Allergie médicamenteuse

Écrit par les experts Ooreka

L'allergie médicamenteuse peut se manifester sous différentes formes :

Parfois la réaction peut être plus grave comme un choc anaphylactique.

La plupart du temps l'allergie médicamenteuse apparaît après l'administration (en moins de 2 heures), il s'agit alors souvent de réactions plus graves.

Allergie ou effets indésirables ?

Il ne faut pas confondre allergie médicamenteuse et effet indésirable dû au médicament.

En effet, les effets indésirables de nombreux médicaments peuvent ressembler à des symptômes d'allergie, en particulier les réactions cutanées.

Pour être sûr qu'il s'agit d'une allergie médicamenteuse, il faut réaliser des tests chez un allergologue. Beaucoup d'enfants sont qualifiés d'allergique à des antibiotiques notamment à la pénicilline alors qu'ils ne le sont pas réellement (ils ont seulement développés des boutons en même temps que la prise de l'antibiotique).

L'évitement à tort d'un médicament n'est donc pas toujours justifié et peut poser problème.

Allergies : les principaux médicaments responsables

Parmi les principaux médicaments responsables d'allergie médicamenteuse, on peut citer :

  • les antibiotiques ; 
  • l'aspirine et les anti-inflammatoires ;
  • certains antalgiques ;
  • les anesthésiques ;
  • les collyres pour les yeux ;
  • les gouttes pour le conduit auditif ;
  • les lotions et crèmes antiacnéiques ;
  • les lotions capillaires (contre les poux, contre la chute des cheveux)...

Les produits de contraste iodés utilisés au cours de certains examens radiologiques peuvent également causer une allergie médicamenteuse qui peut être grave.

À savoir : le fait de consommer des antibiotiques au cours des deux premières années de la vie augmente de 15 à 50 % les risques de développer un eczéma ou une rhinite allergique. Ce risque est encore plus élevé si l'enfant a été exposé à deux cures d'antibiotiques ou plus.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Que faire si vous pensez faire une allergie médicamenteuse ?

En cas de réaction grave (œdème de Quincke, choc anaphylactique), appelez immédiatement le 15, il s'agit d'une urgence !

Dans les autres cas, avertissez rapidement votre médecin. Suivant les symptômes que vous présentez, il vous indiquera quel traitement est le plus adapté à votre cas et quel traitement utilisé pour remplacer celui qui vous a entrainé la réaction allergique.

Toujours avoir sur soi la liste des médicaments incriminés

Lorsqu'on a eu une allergie médicamenteuse et qu'elle a été authentifiée, il est important d'avoir toujours avec soi le nom du médicament et plus particulièrement la dénomination commune internationale (DCI) de la molécule à laquelle on est allergique

Demander à votre médecin de la marquer sur votre carnet de santé ou sur une carte d'identité de l'allergique

Cela peut permettre d'éviter de graves accidents, notamment lorsqu'on est allergique aux anesthésiques. Ce document devra être présenté à tous médecins, dentistes ou pharmaciens que vous consulterez.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
juliette daniere

Étiopathe | cabinet d'étiopathie drôme

Expert

gabriel choukroun

ostéopathe d.o. - ostéopathie émotionnelle | osteomind consult

Expert

JM
jean luc martin

enseignant | particulier

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.