Sommaire

On prend un médicament pour se soigner. Pourtant, il arrive que le médicament déclenche une réaction non appropriée sur le patient. Il s'agit d'un effet indésirable qui peut être une authentique réaction allergique. 

Comment se manifeste l'allergie médicamenteuse ?

L'allergie médicamenteuse peut se manifester sous différentes formes. La réaction dépend aussi du mode d'administration et peut se manifester en quelques heures ou 3 semaines après l'exposition.

Par voie orale, respiratoire ou parentérale (par injection) :

Par application sur la peau (topique) ou dans l'œil :

Le principe actif mais aussi les excipients (lanoline, baume du Pérou), le colorant (tartrazine, colorants azoïques), le parfum,  l'huile de ricin, de sésame, d'arachide, peuvent être mis en cause dans l'allergie à un médicament. Un bilan complet fait par un allergologue doit être pratiqué pour ne pas se priver de molécules qui soignent importantes. Dans certains cas, seul un test de provocation pourra confirmer le diagnostic.

Allergie médicamenteuse et photosensibilisation

L'exposition au soleil lorsqu'on est sous traitement de certains médicaments peut déclencher des réactions comme de l'allergie.

Les médicaments photosensibilisants sont notamment :

  • les antibiotiques ;
  • les anti-inflammatoires ;
  • la pilule contraceptive ;
  • les crèmes d'application locale contre les tendinites et les foulures (principe actif : méphénésine)

Des plaques rouges peuvent apparaitre et se répandre sur tout le corps, plusieurs jours après l'application de topiques médicamenteux suivi d'une exposition au soleil.

Les principaux médicaments responsables d'allergies

Parmi les principaux médicaments responsables de réactions allergiques, on peut citer :

  • les antibiotiques ; 
  • l'aspirine et les anti-inflammatoires (AINS)
  • certains antalgiques 
  • les anesthésiques 
  • les collyres pour les yeux 
  • les solutions pour le conduit auditif 
  • les topiques antiacnéiques 
  • les médicaments comportant des huiles essentielles

Les produits de contraste iodés utilisés au cours de certains examens radiologiques peuvent également causer une allergie médicamenteuse. À la moindre suspicion, un bilan allergologique doit être fait avant l'examen.

Certains médicaments anti-cholestérol (statines) peuvent provoquer des réactions respiratoires ressemblant à de l'asthme.

Par ailleurs, il existe une association entre la prise de médicaments antiacides (IPP) et d’antibiotiques au cours des 6 premiers mois de la vie et le développement de maladies allergiques chez le jeune enfant. Cette augmentation du risque est observée pour toutes les pathologies d’origine allergique et plus particulièrement pour les allergies alimentaires avec les anti-H2 et les IPP, et pour les allergies non alimentaires avec les antibiotiques (asthme, anaphylaxie, rhinite allergique, conjonctivite allergique).

Allergie ou effet indésirable mineur ?

Une allergie médicamenteuse peut être indiquée comme effet indésirable sur la notice d'utilisation, ou pas. L'allergie met en action un mécanisme immunologique. Beaucoup de médicaments comportant des huiles essentielles par exemple n'indiquent pas cette éventualité.

De nombreux effets indésirables mineurs (nausées, diarrhées…) peuvent faire penser à une réaction allergique au moment du traitement.

Inversement, des réactions cutanées 7 à 21 jours après un traitement ne font pas forcément penser à une allergie. Et pourtant c'est tout à fait possible et parfois grave. Diagnostiquer une allergie nécessite de rester vigilant et de fournir des informations complètes au médecin.

Que faire en cas d'allergie médicamenteuse ?

En cas de réaction grave (choc anaphylactique, angio-œdème, réaction cutanée grave) il faut appeler les services d'urgence.

La personne doit rapidement avertir son médecin et suivre ses conseils pour se rendre dans un centre hospitalier et/ou arrêter le traitement, prendre un traitement de substitution. Un bilan allergologique n'est possible que 4 à 6 semaines après une réaction allergique. En fonction des résultats, une déclaration au réseau de pharmacovigilance sera effectuée.

le dossier médical de la personne allergique doit être mis à jour.

Une carte d'allergie médicamenteuse doit être portée par la personne allergique.

Il peut être utile d'apposer un autocollant sur le pare-brise de son automobile ou le casque de sa moto portant mention de son allergie médicamenteuse, notamment si celle-ci est une allergie  un antibiotique ou un produit d'anesthésie ou de radiologie.