Allergie aux oeufs

Écrit par les experts Ooreka

L'allergie aux œufs est une allergie fréquente puisqu'elle touche près de 5 % des enfants.

Quels sont les allergènes ?

Les allergènes sont contenus dans le blanc de l'œuf. Le jaune d'œuf principalement constitué de lipides est peu allergénique.

Le blanc d'œuf contient différentes protéines susceptibles d'être responsables d'allergie :

  • principalement de l'ovalbumine et de l'ovomucoide ;
  • dans une moindre mesure, le lysozyme et la conalbumine.

L'ovalbumine est une protéine dite thermolabile, c'est-à-dire détruite par la chaleur. La cuisson de l'œuf évite l'allergie si on est uniquement sensible à l'ovalbumine.

En revanche, l'ovomucoide étant une protéine qui résiste à la chaleur, la cuisson n'empêche pas la réaction allergique si on est sensible à l'ovomucoide.

Comment se manifeste l'allergie à l'œuf ?

Comme toutes les allergies, l'allergie à l'œuf peut prendre différentes formes. Le plus souvent, elle se manifeste par de l'eczéma atopique. Elle peut aussi prendre la forme d'asthme allergique, d'urticaire, de rhinite allergique...

Il n'est pas fréquent de développer un choc anaphylactique mais il n'est pas à exclure comme pour toutes réactions allergiques.

Bon à savoir : il faut différencier les intolérances aux œufs et les allergies. L'œuf est la principale cause d'intolérance alimentaire (pas d'allergie) devant le lait de vache et le gluten. Il est parfois possible de ne présenter des symptômes (troubles digestifs, migraines, etc.) que trois jours après en voir consommé.

Quels sont les produits à éviter ?

Il est conseillé d'éviter tous les produits alimentaires susceptibles de contenir des protéines d'œuf : mayonnaise, nombreuses pâtisseries, biscottes, plats préparés... Vérifiez leur composition et n'hésitez pas à poser la question lorsque vous mangez à l'extérieur.

Certains produits d'hygiène contiennent de l'œuf, aussi vérifiez leur composition avant de choisir votre savon ou votre shampooing.

Certains médicaments sont préparés avec des protéines d'œufs. Lorsque vous allez consulter un médecin qui ne vous connaît pas, spécifiez-lui toujours votre allergie.

En effet, certains médicaments pour les maux de gorge ou les aphtes peuvent contenir du lysozyme, une protéine de l'œuf. Certains vaccins sont à base d'œuf comme les vaccins contre la rougeole-oreillons-rubéole (ROR), la grippe, la fièvre jaune...

Ces vaccins ne sont pas forcément contre-indiqués, il existe des protocoles pour les réaliser sous surveillance médicale. Il est nécessaire d'en parler avec votre médecin car certains de ces vaccins protègent contre des maladies qui peuvent être graves.

À noter : depuis le 1er juillet 2015, la présence éventuelle d'allergènes doit être mentionnée sur les denrées alimentaires préemballées ou à proximité lorsqu'elles ne sont pas préemballées.

Traitement de cette allergie

Il n'existe pas à l'heure actuelle de traitements de désensibilisation pour les protéines de l'œuf. La prévention reste le meilleur traitement avec l'éviction de tous produits contenant de l'œuf. L'éviction prolongée permettrait à plus de la moitié des personnes allergiques une restauration de la tolérance à l'œuf. La réintroduction devant se faire en milieu médical spécialisé.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
alexandre pedro-rodrigues

accompagnement-soins corporels selon l'ayurveda

Nouvel expert

PA
patrice albert

coach en nutrition, infirmier, sophrologue | sophro-nutrition

Expert

sandrine adrasse

neurofeedback dynamique | neurofeedback77

Nouvel expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.