Allergie : le test cutané

Écrit par les experts Ooreka

Les tests cutanés permettent la confirmation d'une allergie.

Ce sont des tests rapides, peu douloureux qui se passent au cabinet de l'allergologue.

2 étapes : interrogatoire et pratique du test

L'interrogatoire détaillé

Avant de réaliser les tests cutanés, l'allergologue va faire un examen clinique complet et un interrogatoire détaillé. Cela va lui permettre de savoir quels sont les différents symptômes de l'allergie et de suspecter à quel allergène la personne est sensible.

Ainsi, il choisira dans sa batterie d'allergènes les plus adaptés et selon quelle méthode les administrer.

Allergie : le test cutané

La pratique du test cutané

Il existe différents types de tests cutanés. Le but de ces tests est de mettre les allergènes suspectés en contact avec la peau et d'interpréter la réaction qu'ils déclenchent. Les allergènes en cause vont reproduire sur la peau une réaction allergique.

Les différents tests cutanés

Le prick-test

Ce sont les tests les plus utilisés en Europe. L'allergologue dépose une goutte de différents extraits allergéniques sur l'avant-bras ou le dos. Les extraits sont séparés d'au moins 2 cm afin qu'ils ne se mélangent pas.

La peau est ensuite relevée avec une fine aiguille pour faire pénétrer l'extrait allergénique dans la couche superficielle de la peau.

Cette méthode est utilisée pour les allergies respiratoires (allergie au pollen, allergie aux poils d'animaux) et pour les allergies alimentaires. Ce test est en principe bien accepté car indolore : il peut être pratiqué chez les jeunes enfants.

L'intradermoréaction

Cette technique n'est pratiquement plus utilisée en Europe (délaissée pour le prick test) mais elle l'est encore couramment aux États-Unis. Elle consiste à injecter une petite quantité d'allergène dilué sous l'épiderme.

Cette méthode de test cutané présente un risque non négligeable d'induire des réactions anaphylactiques qui peuvent être graves.

Les patch-tests

Cette méthode consiste à mettre l'allergène en contact de la peau sous un pansement occlusif qui est gardé de 24 à 72 h en fonction des allergènes.

Elle est surtout utilisée pour les allergies cutanée de type eczéma et pour certaines allergies alimentaires comme l'allergie aux protéines de lait.

Les Open tests

Ces tests correspondent à une application régulière de l'allergène soupçonné, toujours au même endroit afin de voir si une réaction apparaît. Il est utilisé pour les réactions allergiques cutanées type eczéma.

Test allergie : la lecture des tests cutanés

Les résultats des tests cutanés se lisent après une vingtaine de minutes pour le prick test et l'intradermoréaction et après plusieurs jours pour le patch test et l'open test. La réaction est positive si une rougeur de la peau ressemblant à une piqûre de moustique ou d'ortie apparaît. Cette rougeur est souvent accompagnée de démangeaisons.

Allergie : précautions à prendre avant les tests cutanés

Les réactions aux tests cutanés peuvent être modulées par la prise de certains médicaments comme les antihistaminiques et les traitements au long cours par corticoïde.

En principe il est recommandé d'arrêter 15 jours avant les antihistaminiques, pour un traitement au long cours par corticoïdes une décroissance lente est nécessaire et doit être supervisée par un médecin.

Et après les tests cutanés ?

Lorsque les tests cutanés ont permis de déterminer le ou les allergènes responsables, l'allergologue vous prescrira un traitement adapté. Dans tous les cas, l'éviction de l'allergène est recommandée pour éviter de déclencher de nouvelles réactions allergiques.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !