Allergie proteine

L'allergie aux protéines regroupe différents types d'allergies, comme l'allergie aux œufs ou à la viande.

Allergie proteine

Qu'est-ce que l'allergie aux protéines ?

L'allergie aux protéines concerne :

  • les protéines de lait de vache, de soja, de chèvre ;
  • les protéines d'œuf ;
  • les protéines bovines impliquées dans l'allergie à la viande.

Allergènes concernés

Il existe plusieurs types de protéines allergisantes :

  • Dans le lait de vache, on dénombre 3 fois plus de protéines que dans le lait maternel. Les plus allergisantes sont :
    • la bétalactoglobuline ;
    • l'alphalactabumine ;
    • les caséines.
  • Dans le lait de soja et le lait de chèvre, on trouve d'autres protéines tout aussi allergisantes.
  • Les protéines d'œuf principalement allergisantes sont contenues dans le blanc d'œuf.
  • Concernant les protéines bovines, l'allergie à la viande de bœuf est très rare et peu connue. La cause de cette allergie serait une grande sensibilisation à la sérum albumine bovine (protéine contenue dans le sérum).

Manifestations de l'allergie aux protéines

Généralement, l'allergie au lait de vache se manifeste très tôt au cours de la vie : dès les premiers biberons.

Quant aux autres allergies, elles se manifestent après le deuxième contact avec l'aliment en question.

Les manifestations et symptômes de ces allergies aux protéines sont très variables :

  • vomissements, diarrhées, douleurs abdominales ;
  • eczéma : réaction inflammatoire de la peau qui se manifeste par des démangeaisons et des rougeurs ;
  • urticaire : réaction inflammatoire de la peau provoquant des plaques rouges ;
  • asthme allergique : constriction des voies respiratoires ;
  • rhinite allergique : inflammation de la muqueuse nasale ;
  • choc anaphylactique :
    • réaction allergique exacerbée pouvant être très grave ;
    • entraîne une accélération du rythme cardiaque et une chute de la pression artérielle.

Diagnostic de ces allergies

Pour diagnostiquer une allergie aux protéines, différents examens sont possibles :

  • tests cutanés ;
  • prise de sang ;
  • test de provocation réalisé en ambulatoire : on dépose l'aliment sur les lèvres : si aucune réaction n'est observée, on fait ingérer l'aliment à la personne concernée et on regarde s'il y a des réactions ;
  • patch test spécifique à l'allergie aux protéines de lait : sorte de buvard imbibé de lait, en cas d'allergie, une réaction cutanée apparaît ;

Produits à éviter

Concernant l'allergie aux protéines de lait de vache, de soja ou de chèvre, il faut éviter certains aliments :

  • lait frais, longue conservation ou en poudre ;
  • fromages, yaourts, desserts lactés ;
  • beurre, crème ;
  • pâtisseries ;
  • plats préparés.

Bon à savoir : les personnes allergiques aux protéines de lait de vache le sont souvent aux protéines de lait de soja et / ou de chèvre.

Concernant l'allergie aux œufs, il faut éviter tous les aliments contenant des protéines d'œufs :

  • mayonnaise ;
  • biscottes ;
  • pâtisseries ;
  • plats préparés...

Attention ! Certains médicaments et vaccins peuvent contenir des protéines de lait ou d'œuf.

Concernant l'allergie à la viande bovine, il ne faut pas manger de viande bovine et faire attention aux plats préparés ou sauces qui pourraient en contenir.

Traitement de l'allergie aux protéines

Le meilleur traitement est l'éviction des produits concernés.

Pour l'allergie aux protéines d'œuf, il n'existe pas de désensibilisation à l'heure actuelle.

La désensibilisation aux autres protéines ne se fait que dans des cas très rares ; quand l'allergie complique la vie courante par exemple.

L'allergie aux protéines de lait de vache disparaît dans 90 % des cas.

La réintroduction de lait de vache se fait vers l'âge de 10/12 mois sous surveillance médicale.


Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !